Apprentissage : pourquoi les entreprises se lancent-elles dans l'aventure ?

#apprentissage #apprenti #entreprise #société
Partager
facebook twitter

Une entreprise qui recrute un apprenti croit en l’avenir. En effet, l’apprentissage permet à un étudiant de poursuivre simultanément une formation scolaire et professionnelle, il est ainsi opérationnel car il sait mettre en pratique la théorie apprise en cours. C’est non seulement un talent prêt à se révéler, mais aussi un employé de rêve, déjà formé à la culture d’entreprise et porteur d’idées nouvelles. Il n’est donc pas question de le laisser filer. C’est pourquoi 80 % des contrats d’apprentissage se renouvellent en CDI. Une nouvelle qui a le mérite de ravir les deux parties : entreprise et apprenti.

L’apprentissage séduit en priorité les TPE et les PME : elles comptent pour deux tiers dans l’embauche d’apprentis. Une stratégie RH qui fait déjà ses preuves : accueillir un apprenti, est source de productivité, car celui-ci allie théorie et pratique dans la réalisation de son travail.

Comment expliquer un tel engouement ? Décryptage d’une tendance RH qui est sur le point de décoller.


Recruter un apprenti : un investissement en capital humain

  • Dans une logique de pré-recrutement, l’apprentissage se présente comme l’occasion de former un futur employé aux réflexes, aux bonnes habitudes et à la culture d’entreprise. Si le contrat d’apprentissage se transforme en CDI, la nouvelle recrue ne perd pas de temps : il est compétent dès les premiers jours. Un pari gagnant, parfaitement résumé par Stéphane Voyez, directeur de clientèle en agence de communication digitale : “l’apprenti est proactif, il cherche à se rendre indispensable et est force de proposition. Il sait qu’il a une carte à jouer pour convaincre et obtenir une proposition d’embauche.”


Recruter un apprenti : un processus facilité par l’État

  • L’apprentissage est une voie que le nouveau gouvernement entend promouvoir, avec comme objectif pour 2020, d’atteindre les 17 % d’apprentis parmi la population étudiante. Pour contribuer à l’insertion professionnelle des jeunes et inciter les entreprises à faire le choix de l’apprentissage, des facilités financières sont proposées, notamment : une prime à l’apprentissage de 1000€ et en supplément une aide de la région ou bien une exonération de cotisations sociales, ou encore un crédit d’impôts.
  • Il existe aussi la solution du « contrat de génération » soit 4000€ versés à l’entreprise pendant la durée de l’apprentissage. Une mesure qui séduit les employeurs qui hésitaient à franchir le cap.


Recruter un apprenti : une démarche qui ne s’improvise pas

  • La première étape pour recruter un apprenti consiste à contacter les CFA (Centre de Formation d’Apprentis) de sa région. Ces centres offrent une aide précieuse : ils accompagnent dans la recherche et sa définition. Pour cela, ils mettent en valeur l’annonce : elle devient plus percutante et les candidats n’hésitent pas à postuler. Grâce au réseau que les CFA ont développé, ils mettent en relation l’entreprise avec l’étudiant qui aura le meilleur profil pour le poste. Pôle emploi, joue un rôle similaire : il participe au recrutement du candidat idéal.
  • Lorsque l’entreprise a trouvé son apprenti, tout devient très simple. Les deux parties signent le contrat, qui consiste en un formulaire-type, l’entreprise le fait valider par le CFA, puis la Chambre de commerce et d’industrie l’enregistre. Une démarche qui n’implique pas nécessairement un déplacement, car il est possible de remplir le contrat en ligne.


Pour aller plus loin


Plus d'actualités

MOOC : le mode d’apprentissage du futur

#futur #cours #université

Hackathon des Apprentissages du Futur : palmarès 2017

Le Hackathon sur les Apprentissages du Futur s’est tenu...

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter de Concepteurs d’avenirs

* = Champs obligatoires